Archives


 
  
    
    
Comment parler de la route St-Achillée sans évoquer les noms des gens qui l’ont habitée et qui ont bâti et façonné le paysage actuel. Voici un bref aperçu de nos archives qui nous fait plaisir de partager avec vous en leur mémoire. Comme vous allez le constater, plusieurs transformations ont été effectuées aux bâtiments agricoles avant notre acquisition. Notre projet de ferme écologique a ensuite germée et est devenu ce quel est aujourd'hui.

Voici le nom des anciens propriétaires de la terre.

                                                         Années         Durée

Jean-Olivier Cauchon                       1855-1891      36 ans

Jean-Baptiste Cauchon (père)           1891-1919      28 ans

Jean-Baptiste Cauchon (fils) Jr         1920-1950      31 ans

Jean-Baptiste Cauchon (Jr)               1950-1981      31 ans

Yves Dechevigny                              1981-1983      2 ans

Claude Racine                                   1983-2001      18 ans

Simon Lachance et                             2001 à aujourd'hui
Evelyne Cossette                                                                                                         



                                 
     



    Voici une photo de la maison
datant de 1960 appartenant à l’époque à M. Jean-Baptiste Cauchon (Jr) et sa femme Mme Cécile Racine. 

On retrouve en face de la maison une série de hangars dont un est recouvert de bois blanc que l’on voit bien sur la photo de 1977.



   


    

 Été 1978 vue aérienne de la ferme Cauchon. 









     Ancienne grange-étable de la ferme Cauchon. Construite au milieu du 19e siècle par Jean-Olivier Cauchon et agrandie par la suite vers le nord. Dégradée par le temps, elle a été démolie par Claude Racine en 1986.


 








 
   
Grange mansardée construite en 
1988. Cette grange a été construite par Claude Racine et Jean-Claude Lachance pour remplacer la grange-étable. Le revêtement extérieur provient du bâtiment original.









 
   
Vue d’ensemble des cinq bâtiments en face de la maison datant du 20e
siècle.










    Été 2000, de gauche à droite, la maison, le hangar à bois, le garage effondré 
et le petit hangar. Le garage s’est affaissé à l’hiver 1999 à cause du poids de la neige accumulée sur la toiture. Seul l’édifice à droite subsiste à son endroit original. Quant à la petite porcherie, elle a été déplacée du côté sud. 






Acquisition de la terre en 2001 

Située à Château-Richer, à travers la forêt et les montagnes, il y a, sur une route sinueuse, une petite ferme bio très dynamique. Mais qui aurait pu croire à ce vent nouveau, à cette renaissance de la terre après avoir été laissée en friche depuis environ 25-30 ans! Ici commence notre histoire en 2001, laissez-nous vous raconter…







  
 
 Mon conjoint et moi occupions un emploi à temps plein et c’est par les soirs et les fins de semaine que nous avons défriché et agrandi les premières parcelles de terrain. De 2001 à 2013, à chaque automne, une période était consacrée au défrichage, à l’arrachage des souches et au brûlage des branches. La première section fut celle du jardin, à côté de la grange, où il y avait plein de framboisiers sauvages qui poussaient. Un sécateur à la main et un sciotte furent les premiers outils dont nous disposions. Nous avons très vite utilisée une scie à chaîne et une débroussailleuse.


    
  
 
 Nous avons acheté quelques machineries usagées pour commencer les vastes travaux aux champs. Une bâtisse est devenue vite nécessaire pour ranger le tout. C’est en 2003 que M. Turcotte de Château-Richer nous a fait don d’un hangar. Simon et son père sont donc allés la démonter et ils l’ont érigée sur notre terre en changeant la forme du toit. Sur la photo, on voit Simon durant la construction. Posé au sommet du dernier chevron du toit, on y a mit un sapin. Cette vieille tradition était destinée à éloigner les malheurs lors de la construction.




 
 
 L’agrandissement des parcelles cultivables fait en sorte qu’en 2006 nous démarrions la ferme avec l’ambition d’y vivre à temps plein tous les deux. Plusieurs projets majeurs allaient être mis de l’avant durant toute l’année. Tout d’abord, la construction d’une nouvelle grange était prévue au programme pour l’été. Au début de l’hiver 2006, nous avons entrepris de bûcher des billots sur notre terre à bois. Tout le bois scié a servi pour la charpente et le recouvrement extérieur. Ce nouveau bâtiment a comme fonctions d’entreposer nos nouvelles acquisitions de machineries agricoles et de ranger au deuxième étage le foin et le grain.


  
 Tôt au printemps, nous avons excavé la cave de la maison pour y aménager une chambre réfrigérée pour les légumes et une salle de lavage et d’emballage pour les paniers. À l’automne 2006, nous avons construit une petite serre de 24 pi X 25 pi. en prévision des prochains semis et des transplants au printemps suivant.






  
 En 2009, nous avons fait creuser un étang pour irriguer une partie de nos champs.








    
 

 

Travaux importants de défrichage effectués en 2011. Cette section avait déjà été cultivée à l’époque de Jean-Baptiste Cauchon. Beaucoup de grosses épinettes avaient repoussé sur la colline et des talles d’aulnes remplissaient l’espace en bas de la pente. L’arrachage de souches a dû se faire à la pelle mécanique ainsi que la canalisation de l’eau et le drainage à certains endroits.






  
 2012: Agrandissement de la serre, on double la superficie pour atteindre 24 pi x 50 pi.










  
 2013 On manque de place! 
    L’entreprise prend de l’expansion et il nous faut repenser nos bâtiments. Mais quoi faire? La petite grange construite par Claude Racine n’est pas assez grande et fonctionnelle pour nos besoins. C’est alors qu’en parlant avec les gens de notre entourage, il nous vient une idée… Et si l’on reculait la petite grange et qu’on rallongeait l’autre comme à l’époque de Jean-Baptiste Cauchon.





  

 
  Et oui! Encore des travaux majeurs sur la ferme St-Achillée qui débutèrent dès le mois de janvier. Il fallait durant l’hiver bûcher les billots de bois. Ceux–ci allaient servir pour la charpente de la grange. Au mois de mai, nous avons fait faire l’excavation et la dalle de béton. En juin, les billots de bois furent sciés et la construction commença en juillet et s’échelonna jusqu’au début de l’hiver 2014. Dans cette nouvelle section, nous y retrouvons une chambre froide et des installations pour la préparation des légumes.






     
2015 Mise en place d'un petit troupeau de vache Canadienne










2016 Rénovation faite dans l'étable









                                                                                    
Avant        
 
2017 Reconstruction d'un ancien muret de pierre









Après 
  

2017 Implantation d'arbustes (physocarpe, spirée arguta, aronia, weigela, potentille, deutzia, clethra) le long de deux ruisseaux sur la ferme en vue de protéger les berges.
 




















Merci à tous de nous permettre de réaliser nos projets.